Nom

Signature au nom du premier Prince de Béthune

Signature du 1er Prince de Béthune

Le patronyme « Béthune Hesdigneul » est dit « olim des Plancques », c’est-dire « anciennement (traduction du mot latin olim) des Plancques », tel quel ou dans quelques autres orthographes proches comme il était courant avant la législation moderne sur les noms de famille. C’est ce nom, apparemment celui d’une seigneurie artésienne, qui a été porté seul jusqu’à la fin du XVIe siècle.

Au cours du XVIIe siècle, en raison de circonstances qui restent à expliquer de façon précise et fondée, le nom de Béthune fut porté de plus en plus, et s’imposa bientôt seul, surtout après l’annexion de la majeure partie de l’Artois par le Roi Louis XIV, suite au Traité des Pyrénées en 1659. L’une de ces raisons doit être que le cri d’armes était BETHUNE au début du XVe siècle déjà, le cri désignant souvent la maison d’origine. Cette substitution fut progressive comme il ressort par exemple des registres paroissiaux relatifs à la ligne d’Hesdigneul :

  • 1602 : première apparition du nom sous la forme « des Plancques dit de Béthune »
  • 1646 : dernière mention sous la forme « des Plancques dit de Béthune »
  • 1649 : première mention sous la forme « de Béthune dit des Plancques »
  • 1696 : dernière mention sous la forme « de Béthune dit des Plancques »

Depuis le début du XVIIIe siècle donc, le nom des Plancques ne fut plus usité.

Comme les deux lignes principales se formèrent au XVIIe siècle, le nom de Béthune fut précisé classiquement par les noms de terres majeures, le marquisat d’Hesdigneul pour l’aînée, la seigneurie de Pénin puis le comté de Saint-Venant pour la seconde (de ce fait dite aussi de Pénin (de) Saint-Venant). Celle-ci, ayant hérité de l’ancien duché-pairie de Sully au début du XIXe siècle, est devenue la seconde Maison de Béthune Sully, nom qu’elle a porté depuis lors en vertu d’une ordonnance royale de 1816.