Documents

Documents Jacques des Plancques


Cette partie est destinée à commenter des documents importants, soit reproduits ici même soit assortis de liens les rendant accessibles sur d’autres sites.


Reproductions et commentaires

 

Mariage et donation du duché de Sully en 1808

 

Cheminée Sully sur Loire armoiries Béthune des Plancques Hesdigneul

Cheminée de la salle à manger du château de Sully-sur-Loire où figurent les armoiries Béthune Sully et Béthune Pénin

 

Le 16 mai 2020

 

Pour le mariage de Marie, Louis, Eugène, Joseph, Comte de Béthune Pénin, veuf en premières noces d’Isabelle Claire Eugénie de la Viefville, morte sur l’échafaud, et d’Anne Albertine Joséphine Marie de Montmorency Luxembourg, la corbeille de mariage sera patrimoniale.

 

Dans le contrat de mariage, dont l’expédition est reproduite ci-dessous, la future mariée est assistée de ses parents :

  • Anne-Christian de Montmorency Luxembourg, Duc de Beaumont
  • la Duchesse de Beaumont, née Armande Louise Marie de Becdelièvre de Cany,
  • la Duchesse de Beaumont douairière, née Éléonore Josephe Pulchérie des Laurents, veuve de Charles François Christian de Montmorency Luxembourg, Duc de Beaumont, Prince de Tingry.

 

Il était d’usage alors de « doter » les mariés, et les donataires figurant dans le contrat sont la mère de la mariée, et la Duchesse de Béthune Sully, née Alexandrine, Bernardine, Barbe, Hortense d’Espinay-Saint-Luc, veuve de Maximilien Gabriel Louis, 8e Duc de Béthune Sully, et mère du 9e et dernier duc.

 

Étaient notamment témoins à la signature de ce contrat, du côté du futur marié :

  • Eugène-François-Léon, Prince de Béthune Hesdigneul « ancien officier général, et ancien Chambellan de sa majesté l’Empereur d’Autriche »,
  • Maximilien Guillaume Auguste, Marquis de Béthune Hesdigneul « aussi ancien chambellan du Roi de Prusse… », fils du précédent, tous deux cousins du futur marié;
  • Gabrielle Louise de Châtillon, Duchesse Douairière de Béthune Sully, veuve de Maximilien Antoine Armand de Béthune, 7eDuc de Sully;
  • Armand Louis Jean, Marquis de Bartillat, mari de Caroline de Béthune, nièce du Prince de Béthune précédemment cité ;
  • Eugène Alexandre de Montmorency Laval, futur Duc, et son épouse Maximilienne Augustine Henriette de Béthune Sully, nièce de la duchesse de Béthune Sully, veuve du fils du dernier duc de Béthune Charost, « cousin et cousine des deux côtés« 
  • Anne Pierre Adrien de Montmorency Laval, cousin, futur Duc, futur ambassadeur et ministre des Affaires Étrangères (il y a une confusion dans l’expédition du contrat entre ce personnage et son frère qui précède)

Du côté de la future mariée, notamment :

  • Anne Louis Christian de Montmorency Tancarville, futur Prince de Robech, député, Pair de France, et son épouse née Marie Henriette de Becdelièvre Cany « tante de la future »
  • Georges Léonard Bonaventure, Marquis de Tramecourt, futur député puis Pair de France (qui a épousé la sœur aînée du marié)
  • Anne Charlotte Marie Henriette de Montmorency Tancarville, cousine germaine (par les Becdelièvre). Elle épousera Emmanuel de Cossé-Brissac.
  • Louis Justin Marie Marquis de Talaru, cousin de la mariée, futur Pair de France, ambassadeur, Ministre…
  • Anne Françoise Charlotte de Montmorency, dame du Palais, veuve de Anne Léon, duc de Montmorency, cousine germaine
  • Anne Charles François de Montmorency, Duc de Montmorency, Pair de France, cousin
  • Alexandre Louis Auguste, duc de Rohan Chabot, Pair de France et son épouse Louise Madelaine Elisabeth de Montmorency
  • Louis François Auguste de Rohan-Chabot, fils du précédent, futur Duc, et Armandine Marie Georgine de Seran (sic) son épouse. Veuf, il deviendra Archevêque puis Cardinal
  • Anne Louis Ferdinand de Rohan Chabot, futur duc après son frère qui précède,
  • Louis Félicité, futur Marquis d’Etampes
  • Le Comte Louis Charles de Sainte Aldegonde et son épouse née Joséphine Marie Madeleine de Sourches de Tourzel, beau frère et sœur de la dernière duchesse de Béthune Charost
  • Albertine Philippine Constance Joséphine de Sainte Aldegonde Dinecourt, sœur du précédent, qui épousera le Marquis de Vassinhac d’Imécourt, futur député et Pair de France.

 

L’article six donne la motivation de la donation qui va suivre : « […] Madame veuve de Sully […] successivement privée d’un époux et d’un fils, dont la perte a fait passer dans ses mains des biens qu’il lui tarde de replacer dans leur maison comme un gage de ses sentiments pour eux, et encore dans l’espoir de voir revivre, et se perpétuer le nom De Sully.

Ne voyant rien qui s’oppose (en se conformant aux lois) à la condition qu’elle va imposer à monsieur De Bethune futur époux, de faire toutes les démarches et de solliciter toutes les autorisations nécessaires pour avoir la faculté d’ajouter à son nom celui De Sully.

A fait, et fait par le présent contrat de mariage et d’après les considérations sus exprimées la Donation entre vifs, irrévocable, et en la meilleure forme que donation puisse valoir.

A mondit Sieur Marie Louis Eugène Joseph De Bethune Penin, futur époux ce que acceptant avec Reconnoissance.

Des biens Immeubles et Rentes dépendant des ci-devant duché pairie de sully, comté de Bethune et de Montgomery, et marquisat de Lens désignés détaillés […].

Cette donation est ainsi faite, parce qu’elle est la volonté de Madame de Sully.

Et en outre à la charge par monsieur De Béthune qui s’y oblige, mais pour le cas seulement  et non autrement où il en obtiendrait l’autorisation d’ajouter à son nom De Bethune, celui de Sully. […].»

 

La donation de la duchesse de Sully est d’une valeur de près d’un million de francs de l’époque, à cela s’ajoutent six cents mille francs offerts en dot par la duchesse de Beaumont à sa fille (article 3)…

 

La corbeille est garnie du duché-pairie de Béthune Sully, composé :

 

  • du château de Sully-sur-Loire (35 hectares), sa basse-cour et bâtiments divers (10 ha), ses prés et prairies (58 ha), auxquels s’ajoutent de nombreuses fermes louées, la forêt de Sully (268 ha), un château en ruine, des étangs, etc. Auxquels s’ajoutent différentes rentes ;
  • des domaines et terres situés à Béthune (plus de 164 ha)
  • des terres de Lens (62 ha)
  • des terres de Montgommery, dans l’Orne et le Calvados (comprenant 215 hectares, des halles un moulin, des maisons…)

Ces domaines de Béthune, Lens et Montgommery avaient été échangés entre le Duc de Sully et le Roi de France, contre la principauté d’Henrichemont et Boisbelle en 1766, 1778, 1780, 1784…

 

Le comte de Béthune Pénin mourra en 1812, année de naissance de son second fils Charles, soit quelques années avant l’autorisation de la relève du nom de Sully par sa veuve qui aura lieu en 1816 (voir diplômes).

 

Ce document inédit, qui provient des archives de la branche de Béthune Pénin, est à découvrir ici :

 

Contrat mariage et donations à l’occasion du mariage de Louis Eugène, Comte de Béthune Pénin avec Anne Albertine Joséphine Marie de Montmorency Luxembourg

Les 28 et 29 mai 1808 chez Maîtres Serize et Hua à Paris.

 

À noter, la noblesse était alors abolie, et seuls les titres nobiliaires du premier Empire étaient alors autorisés. Ne figure donc sur l’acte, aucun titre de noblesse.