Homonymie

Homonymie gisant Béthune

Mise au point en matière d’homonymie et parenté

 

L’origine médiévale de la Maison de Béthune actuelle a fait couler beaucoup d’encre dans un contexte polémique comme il est exposé en bref ci-après sous le titre Débat généalogique. Il y a lieu de commencer par résumer ce que l’on en sait positivement à l’heure présente, par une mise au point sur les homonymie et parentés.

 

 

Une identité d’origine généalogique n’est nullement prouvée entre la Maison de Béthune Hesdigneul et celle des Ducs et Pairs de Béthune Sully (1ère Maison de Béthune Sully) et de Béthune Charost, aux nombreuses branches.

Pourtant, c’est un fait que, depuis le XVIIe siècle, ces deux Maisons ont cousiné de plus en plus étroitement, notamment en raison de l’identité d’armoiries et sur base de « preuves » généalogiques médiévales démenties depuis.

Cette parenté a été acceptée et vécue de part et d’autre sans réserve et sans hiatus, publiquement et officiellement, jusqu’à transmettre des héritages essentiels des ducs et pairs vers l’actuelle maison seule survivante depuis plus de deux siècles. Cette parenté a été entérinée par les plus hautes autorités concernées, les Rois de France et les Souverains du Saint-Empire ; il l’ont fait dans des lettres patentes qui, par nature, ne confirmaient pas les faits très anciens éventuellement évoqués.

Par conséquent, ces deux lignées ont en quelque sorte fusionné historiquement et juridiquement, de façon analogue à tant d’autres grandes maisons, telles les trois Maisons successives d’Arenberg, qui ont toujours été considérées comme formant à bon droit une seule et même lignée.

Mais, quoi qu’il en soit de la proximité avec les anciens ducs et pairs, la Maison de Béthune d’aujourd’hui ne doit qu’à elle-même son statut éminent.

 

Par ailleurs, il existe actuellement une famille homonyme, remarquable à divers égards, celle des Barons belges et Comtes pontificaux de Bethune. Anoblie en 1845 en Belgique au port d’armoiries complètement différentes, elle n’a rien de commun avec les précédentes. L’une de ses branches a acquis par adoption en 1953, le nom de Béthune-Sully également sans aucun rapport avec les maisons mentionnées ci-dessus.