Alliances

Sceau d'une des Alliances de la Maison de Béthune Hesdigneul : Béthune - Bidal d'Asfeld

Sceau aux armoiries d’alliance Béthune- Bidal d’Asfeld.

La Maison de Béthune a contracté des alliances avec quantité de familles brillantes ou considérables. En voici une liste par ordre alphabétique, incomplète, destinée à être développée.

Bausset-Roquefort (de), alliance du XXe siècle. Originaires de Provence et connus dès le XVe siècle, les Marquis de Bausset, Pairs de France au XIXe siècle, donnèrent à la France plusieurs prélats dont Louis-François de Bausset, Cardinal, duc-pair sous la Restauration, membre de l’Académie Française.

 

Beaulaincourt (de) alliance du XVIIe siècle. La Maison de Beaulaincourt est un ancienne famille originaire d’Artois et célèbre en ce pays. Le bel hôtel de Beaulaincourt à Béthune, construit en 1750, est le dernier hôtel particulier subsistant à Béthune, ville qui fut, comme l’ensemble des villes du nord de la France, dévastée pendant les dernières guerres. Les Archives des Beaulaincourt, compilées par Rodière et La Charie donnent une mine d’informations sur cette famille et ses différentes relations en Artois.

 

Beaurepaire (de) : alliance du XVIIIe siècle. Originaire de Normandie, elle fut connue jadis sous le nom de Gaultier, et repris le nom de Beaurepaire, par alliance, au XVe siècle, et fut anoblie en 1524.

 

Bidal d’Asfeld : alliance du XVIIIe siècle. Famille originaire de Suède qui donna notamment un ministre plénipotentiaire de Suède, plusieurs maréchaux de camp et le célèbre Maréchal de France, Claude-François Bidal, Marquis d’Asfeld, général en chef des armées d’Espagne, Chevalier de la Toison d’Or, Grand-Croix de l’ordre de Saint-Louis, Directeur-général des fortifications, Gouverneur de Strasbourg, mort en 1743.

 

Bours (de) : alliance du XVIe siècle. Famille originaire de Picardie, illustrée notamment par le beau-frère de Michel des Plancques, Jean de Bours, Évêque et Duc de Laon, Pair de France, aumônier du Roi.

 

Caissotti (de) : alliance du XVIIIe siècle. Originaire du comté de Nice, elle fleurira en plusieurs branches dont celle des Marquis de Verdun, qui compta notamment un Grand Chancelier et ministre d’État du Roi de Sardaigne au XVIIIe siècle.

 

Chabannes (de), deux alliances du XXe siècle. Illustre et ancienne Maison d’extraction chevaleresque, originaire du Bourbonnais connue dès le XIIe siècle, Marquis dès le XVIe siècle. Elle donna plusieurs capitaines dont un  compagnon  de Jehanne d’Arc, grand-maître de France puis gouverneur de Paris ; et le célèbre La Palice, Maréchal de France, l’un des plus grands hommes de guerre de son temps, mort en 1525 à Pavie. Ses hommes lui composèrent un ode funèbre qui fit naître le terme de « Lapalissade »… Un autre membre de cette famille accéda à la Pairie sous la Restauration.

 

Chastel de la Howarderie (du), alliance du XXe siècle. Maison connue dès le XIIIe siècle, apparaissant à la cour de Marguerite de Constantinople, Comtesse de Flandre et de Hainaut. Elle reçoit, de la Maison de Lalaing, la seigneurie de la Howarderie au début du XIVe siècle. Créés Vicomtes par les Archiducs en 1605, les membres de cette famille deviendront Comtes du Saint-Empire dès 1696.

 

Croix (de) : alliance du XVIIIe siècle. La Maison de Croix, Comtes de Croix, Marquis d’Heuchin, est une des plus illustres et anciennes de Flandre et d’Artois, connue dès le XIIe siècle. Elle accède à la Pairie sous la Restauration.

 

Diesbach (de), alliance du XXe siècle. Ancienne famille patricienne suisse originaire du canton de Berne, et connue dès le XVe siècle, avec notamment Nicolas de Diesbach, avoué du Canton de Berne en 1465, qui fit confirmer par le traité de Senlis, l’alliance perpétuelle entre la confédération helvétique et la France, contre Charles le Téméraire. Elle forma de nombreuses et célèbres branches en Suisse, France et Belgique.

 

Doria : alliance du XIXe siècle. Illustre Maison patricienne gibeline de Gênes, elle joua un rôle considérable dès le XIIe siècle dans cette cité. Elle posséda de nombreux territoires en Sicile, s’allia aux Spinola et lutta avec acharnement contre les Fieschi et les Grimaldi. Le rameau français vit un de ses membres, Marquis Doria, élu quatre fois député de Mâcon.

 

Ennetières(d’) alliance du XIXe siècle. La famille, maintenant éteinte, des Marquis d’Ennetières est réputée descendre des Comtes d’Abbeville, un cadet épousa au XIIe siècle une dame d’Ennetières dont il reprit naturellement le nom. Barons de La Berlière en 1664 pour Jacques d’Ennetières, chevalier, membre du conseil d’État trésorier des domaines et finances des Pays-Bas,  elle fut autorisée par l’Empereur du Saint-Empire au XVIIIe siècle , à décorer ses armoiries du manteau ducal et de l’aigle impérial à deux têtes, du fait de son ancienneté et de ses illustrations.

 

Faÿ d’Athies (de) : alliance du XVIIIe siècle. Originaire de Picardie, prouvant une filiation depuis le XVe siècle, cette famille donna plusieurs officiers généraux : maréchal de camp, lieutenant général des armées, chevaliers de Malte, commandeur et grand-croix de l’Ordre de Saint-Louis, etc.

 

Goulaine (de) alliance du XIXe siècle. Ancienne et illustre famille originaire de Bretagne, connue dès le XIIe siècle et toujours représentée, et propriétaire de Goulaine, érigé en marquisat sous Henri IV.

 

Guernonval (de) : alliance du XVIIIe siècle. Cette famille ancienne, Le Vasseur dit de Guérnonval, originaire d’Artois, compte plusieurs chanoinesses de Moustier, Mons, Nivelles, etc. Elle posséda par héritage au XVIIe siècle la baronnie (érigée en 1612), et fit reconstruire, le beau château d’Esquelbecq, « un des monuments les plus représentatifs de l’architecture flamande en France ». Il reçut en 2017 le grand trophée de la plus belle restauration, remis par Le Figaro.

 

Houchin (de) : alliance du XVIIIe siècle. Cette famille artésienne remonte au XIIIe siècle et compte plusieurs chanoinesses de Chapitres nobles tels que celui de Denain. Elle est titrée Marquis de Longastre depuis au moins le XVIIIe siècle.

 

Jacops d’Aigremont, alliance du XXIe siècle. Originaire de Zele en Flandre-Orientale, cette famille s’établit à Anvers en 1513 et à Lille en 1621. La seigneurie d’Aigremont, qu’elle acquit en 1684, fut érigée en marquisat en février 1773. Elle est maintenant installée en Provence depuis 1812.

 

La Broye-Laval (de) alliance du XVIIe siècle. Maison originaire d’Artois, connue dès le XIVe siècle aujourd’hui éteinte.

 

Lesquen (de), alliance du XXe siècle. Ancienne famille bretonne connue dès le XIVe siècle, elle s’illustre par plusieurs Officiers Généraux, un évêque, etc.

 

Lesseps (de), alliance du XXe siècle. Famille de diplomates, elle compte notamment le célèbre Ferdinand de Lesseps, membre de l’Académie Française et de l’Institut de France, diplomate et ministre plénipotentiaire, constructeur du canal de Suez et promoteur de celui de Panama. Il eut une nombreuse et prospère descendance.

 

Liedekerke (de), alliance du XXe siècle. Une ancienne et illustre Maison connue dès la XIIIe siècle. Elle compte de nombreux hommes politiques et diplomates des Pays-bas puis de Belgique.

 

Maillen (de) alliance du XIXe siècle, Marquis de Maillen dès la fin du XVIIIe siècle, on retrouve des traces de cette illustre famille dès le XIIe siècle.

 

Montesquiou-Fezensac (de), alliance du XIXe siècle. Maison ducale originaire de Gascogne, connue dès le XIe siècle, comptant plusieurs Maréchaux de France,  et plusieurs illustrations dont Joseph François de Montesquiou, capitaine des gardes du futur Henri III ; Charles de Batz, le célèbre comte d’Artagnan magnifié par Alexandre Dumas, qui reprit le nom de sa mère, Françoise de Montesquiou ; François-Xavier, duc de Montesquiou-Fezensac, député du clergé aux  États généraux, qui rédigera une grande partie de Charte de 1814, et sera ministre de l’Intérieur sous la Restauration.

 

Montmorency-Luxembourg (de), alliance du XXe siècle. Une des plus ancienne et illustre Maison ducale française, maintenant éteinte, qui remonterait à Bouchard Ier, contemporain d’Hugues Capet. Dès 1327, les aînés portèrent le titre de « premiers Barons chrétiens de France« . Elle compta nombre de Maréchaux de France, et forma plusieurs branches, dont celle des ducs de Luxembourg et celle de Laval, qui toutes eurent une histoire passionnante.
Le premier véritable fondateur de l’aura de cette Maison fut Matthieu Ier, baron de Montmorency, connétable de France qui épousera en première noce une fille naturelle d’Henri Ier, Roi d’Angleterre, puis en deuxième noce, Adélaïde de Savoie, veuve du Roi Louis VI le Gros. Son petit fils, Grand Connétable, fut un des plus solide appui de la Reine Blanche de Castille pendant la minorité de Saint Louis.
Bien d’autres membres de cette Maison se distinguèrent tels qu’Anne, duc de Montmorency en 1551, Maréchal de France en 1522, connétable, qui fut un des fidèles compagnons de François Ier. Henri II, duc de Montmorency, qu’Henri IV appela son « fils » fut Amiral de France, Maréchal de France, mais s’opposant à Richelieu, il fut décapité sous Louis XIII. François de Montmorency-Laval, premier évêque de Québec au XVIIe siècle qui fonda un séminaire à l’origine de l’Université de Laval. François, duc de Montmorency-Laval, qui prit part à la Guerre d’Indépendance Américaine, aide de camp du Comte d’Artois, Ministre des Affaires Etrangères en 1821.
Le duché de Luxembourg échut aux Montmorency-Bouteville par le mariage de François Henry de Montmorency, Maréchal de France en 1675, avec Madeleine, héritière de la Maison de Luxembourg en 1661. Leur fils fut également Maréchal de France.

 

Noyelles (de) alliance du XVIIe siècle. Cette illustre Maison, titrée notamment, Comte de Noyelles en 1614, Comte de Croix en 1617, Comte de Marles en 1621, Marquis de Limbourg en 1634, originaire d’Artois est réputée descendre en ligne directe et masculine des comtes de Leychester, issus des anciens Rois d’Angleterre. Illustrée par de nombreux chevaliers, Conseillers d’État, gouverneurs, etc. , elle s’éteindra en partie dans celle de Béthune, qui héritera du comté de Noyelles, et définitivement en 1742. Le chef de Nom et d’Armes de la Maison de Béthune porte encore dans sa titulature officielle actuelle, le titre de « Comte de Noyelles » (vérifié en 1768), et « Vicomte de Nielles » du nom de nombreuses terres qui furent apportées par les Noyelles.

 

Overschie de Neeryssche (d’) : alliance du XIXe siècle. Cette famille originaire de Hollande est connue depuis le XVe siècle. Barons du Saint-Empire en 1676, barons de Neeryssche en 1719 elle compte nombre d’illustrations dont au XVIIIe siècle un chambellan de l’Empereur du Saint-Empire, au XIXe siècle, un sénateur de Belgique, etc.

 

Pietra-Santa (de) alliance du XVIIe siècle. Cette ancienne Maison est originaire du Milanais, donna notamment un cardinal, et contracta plusieurs alliances avec de grandes familles italiennes comme les Princes Visconti.

 

Steenhuys (de) : alliance du XVIIIe siècle. Cette famille est réputée comme étant originaire du pays de Clèves en Allemagne, remontant à Théodoric, Baron de Horst. Elle donnera plusieurs chevaliers de l’Ordre Teutonique ainsi que de chanoinesses de chapitres nobles de Pays-Bas.

 

Renty (de) : alliance du XVIe siècle. Très importante famille d’Artois, prenant son nom de la seigneurie de Renty dont le bourg fut jadis une ville. On la dit descendre des Comtes de Boulogne.

 

Roquefeuil (de), alliance du XXIe siècle. Languedoc, Rouergue, Agenais. Le nom de cette Maison est connu dès 989, substitution dans la Maison d’Anduze au XIIe siècle, puis de Pujols de Blanquefort au XVe siècle. Les Marquis de Roquefeuil font leurs preuves pour les honneurs de la cour en remontant à 1352 . Cette famille compte nombre d’illustres personnalités telles que Bérenger, Seigneur et Baron de Roquefeuil, Comptor de Nant (+1530), constructeur du château de Bonaguil ; Joseph Aymar, Comte de Roquefeuil (+1782), vice-amiral de France ; Félix de Roquefeuil (+1893) promoteur de la doctrine sociale de l’Église, etc.

 

Taets van Amerongen, alliance du XIXe siècle. Ancienne famille originaire d’Utrecht, remontant au XIIIe siècle. Elle donnera plusieurs grand-baillis et bourgmestre d’Utrecht ; maréchaux de l’Ordre équestre des États de cette province ; chevaliers de l’Ordre de Saint Jean de Jérusalem ; commandeurs de l’Ordre teutonique, abbesses, chanoinesses et chanoines d’abbaye nobles, etc.

 

Tramecourt (de) : deux alliances au XVIIIe siècle. Maison des marquis de Tramecourt, originaire d’Artois, connue dès le XIIIe siècle, et comptant de nombreux et distingués chevaliers. Elle s’est éteinte dans la Maison de Chabot dont une branche établie en Artois relèvera le nom de Tramecourt au XIXe siècle. Elle fut élevée à la Pairie sous la Restauration.

 

Ursel (d’), deux alliances au XXe siècle. La célèbre Maison ducale d’Ursel et du Saint-Empire, originaire de Hesse, qui s’établira au XVe siècle à Maastricht et au XVIe à Anvers, ayant une nombreuse descendance en Belgique.

 

Vaillant (le) : alliance du XVIIIe siècle. Cette Maison est originaire de Bourgogne, connue alors sous le nom de Lumbremont. Un des membres se croisant contre les Albigeois au XIIIe siècle fut fait chevalier par le Duc de Bourgogne sous le surnom de « Le Vaillant », nom que sa postérité conservera. Elle se fixa par la suite en Flandre, et apporta notamment à la Maison de Béthune la seigneurie de Wattripont et la baronnie de Bousbecque, érigée en 1697 pour Guillaume-François le Vaillant, qui hérita de cette terre par sa femme Anne de Haynin. Elle fut précédemment érigée, en 1600, comme baronnie pour l’illustre Maison de Haynin.

 

Wancquetin (de) : alliance du XVIe siècle. Ancienne famille d’Artois, chevaleresque, dont un membre fut notamment Grand-Bailli du Cambrésis.

 

Yve (d’) alliance du XVIIe siècle : L’ancienne et illustre Maison des Marquis d’Yve.